Week-end à Milan / Jour 2

Après être tombée du lit à 7h et avoir dévalisé le petit déj de l’auberge, en route pour le duomo, dans l’espoir de pouvoir accéder au toit sans faire la queue pendant 3 heures. Et quelle bonne idée… En 20 Minutes, j’avais acheté mon billet, fait trois fois le tour de mon slip et je posais mes fesses sur les hauteurs de la cathédrale. Une légende raconte que je serai montée en ascenseur, mais je nierai même sous la torture.

Alors, bien évidemment, j’y suis allée de ma petite larme. Tout était d’un blanc immaculé, il y avait du soleil, le ciel était bleu… C’était BEAU ! Bref, j’ai beau être un monstre sans coeur, il m’arrive parfois de me prendre des grosses claques dans la face (mais ça reste entre nous, hein ?).

Une fois remise de ces émotions, c’est reparti pour le château fortifié et son parc, la tentative de la veille ayant été avortée à cause d’une averse. On y croise des sportifs, des amoureux, et même des tortues !

Puis direction le cimetière, en passant par Chinatown. A chaque nouvelle ville découverte, je suis fascinée par les cimetières, allez savoir pourquoi… pourtant, les messes noires et autres sabbats, c’est pas trop mon truc. Mais certains cimetières sont si magnifiques, tellement reposants (sans dec), et si différents d’un pays à un autre. Celui de Milan est dans mon top 3. J’y planterais ma dernière demeure si j’étais pas en pleine négo pour une concession avec vue sur l’océan au cimetière de Saint-Paul.

Cette 2è et dernière journée se termine avec presque 12 kilomètres au compteur des baskets. Même si Milan n’est pas ma ville préférée, elle n’en reste pas moins idéale pour une escapade express entre copines ou en amoureux pour un tout petit budget.

Alors, on se laisse tenter ?

Vol aller/retour : 60 euros au départ de beauvais

2 nuits à l’Ostello Bello Grande en demie-pension : 70 euros

Ticket de métro : 1,50 euros

Accès au toit du dôme par ascenseur : 13 euros

Week-end à Milan / Jour 1

Pour ce nouveau voyage en solo, tout pile un an après Florence et Pise, j’ai posé mon sac à dos pour 48 heures en Lombardie, à Milan plus exactement.


Milan ne fait pas partie de mes villes italiennes préférées, elle est très moderne et industrielle, trop froide à mon goût. Elle reste cependant impressionnante par son parfait équilibre entre vieilles briques et architecture contemporaine, comme on peut l’admirer des hauteurs du Duomo.
Jour 1 :
En débarquant à la gare centrale vers midi, et après un premier passage express du coté de la Piazza del Duomo, je décide de quitter la foule de touristes et de pigeons en furie pour gouter à la spécialité locale, le Risotto alla Milanese. Pour ça, direction Brera, quartier historique aux vieilles façades colorées comme je les aime, presque 100% piétons, situé derrière la Scala. Idéal pour un déjeuner ensoleillé ou un apéro en terrasse.

img_2612

Pour digérer, je me dirige vers le quartier de Navigli. On y trouve un canal à l’eau limpide, bordé de friperies vintage, restaurants, et autres bars à tapas. La plupart des établissements proposent des buffets apéritifs à volonté pendant l’happy hour, pour un tarif moyen de 10 euros.

Après ces 10 km à pieds, il est temps de rentrer à l’auberge. L’Ostello Bello Grande est un établissement sur 6 étages, en demie-pension sous forme de buffet, avec bibliothèque, salle de jeux, équipe au top, terrasse sur les toits, … Bref, une auberge de luxe, en fait, mais pour un prix tout doux.

 

On se retrouve dans quelques jours pour la suite et fin du voyage… Restez connectés 😉

 

Vol aller/retour au départ de Beauvais: 60 euros 

2 nuits à l’Ostello Bello Grande en demie-pension : 70 euros

Navette Bergame-Milan : 5 euros

Spritz : 4 euros

Un week-end à Florence

Il est temps que je vous parle de mon voyage le plus intime à ce jour, que j’ai longtemps gardé (presque) secret.

Il y a quelques mois, suite à divers évènements sur lesquels je ne m’étendrais pas, j’ai eu la sensation de perdre un peu le contrôle de ma vie. En guise de thérapie, j’ai décidé du jour au lendemain (littéralement) de prendre un billet d’avion pour un week end en Italie, seule. Ce qui m’a menée à Florence.

J’ai passé 2 jours à explorer la ville de long en large. En soi, je n’ai pas fait grand chose, je n’ai pas « visité » de monument ou de musée. J’ai juste marché, mangé des tomates mozza en terrasse avec un verre de Chianti, flâné au Mercato Centrale, dégusté une gellato avec une vue magique sur toute la ville depuis la place Michelangelo, admiré le Ponte Vecchio sous tous les angles, versé ma petite larme en arrivant sur la piazza del Duomo… Bref, j’ai lâché prise, j’ai pris mon temps.

Pour le dernier jour, je me suis rendue à Pise, ville dans laquelle je pensais à la base passé le week end, jusqu’à ce que je me rende compte en fouinant un peu sur le net qu’il n’y avait pas grand chose de ce coté la, à part LA Tour ! Ici non plus je n’ai rien fait, je suis simplement restée ébahie devant ce monument si mythique et la cathédrale si impressionnante (toujours avec un verre de vin italien à la main, évidemment).

A mon retour en France, je n’étais pas beaucoup plus avancée sur l’état de ma vie, mais maintenant je n’ai plus peur de faire les choses pour moi.

Et vous ?

(Rendez-vous à Rome pour un prochain épisode … 😉 )

Sicile la famille ! (bis)

Hello les coquelicots !

Mon tour d’Italie continue. Souvenez vous, il y a quelques mois c’est à Trapani que j’avais posé mes valises. Aujourd’hui, nous allons parler à nouveau de la Sicile, de Palerme (un peu) et ses environs plus précisément. Prêts pour le décollage ?

Avant d’aller plus loin, je dois quand même vous avouer quelque chose : je suis moins tombée sous le charme de la ville de Palerme que de celle de Trapani, c’est pourquoi je ne m’attarderais pas dessus. La ville semble peu entretenue et on n’y pousse pas des « Waouuuh » à chaque coin de rue. Mais on y trouve, fort heureusement, quelques monuments assez remarquables, comme la cathédrale et la fontaine de la Piazza Pretoria. Son système de bus est assez archaïque (pas de plan ni d’horaires précis), ce qui complique un peu la mission pour les courts séjours. Pour éviter de perdre trop de temps à attendre des bus, on a finalement décidé de laisser Palerme de coté et de voir un peu ce que nous offraient les alentours…

A commencer par Cefalù, le coup de coeur de ces vacances, à une heure de train de Palerme. On ne voit pas le trajet passer, entre mer, montagne et jolis villages. Après 10 minutes de marche à partir de la gare, on débouche sur une petite plage de laquelle on aperçoit la vieille ville et ses façades typiquement italienne (les champions du TETRIS les gars). En longeant le front de mer, on arrive dans de petites ruelles qui « rappellent la Corse » d’après Monsieur. On y trouve de petites échoppes pleines de poteries, bijoux, et autres souvenirs locaux plein de couleurs et de saveurs. Bref, on en prend plein les mirettes.

A peine le temps de flâner sur la jetée et de déguster un carpaccio de poisson et une gelato fraise/yaourt/pistache qu’il est déjà temps de repartir pour ne pas rater notre petit rituel des vacances, le verre de vin italien face à la mer avec le soleil couchant (qui se couche très tôt :()…

Un peu plus au nord de Palerme, on trouve la station balnéaire de Mondello. La ville n’a pas de quoi casser 3 pattes à un canard, à part les villas Art Déco du front de mer.  La plage, quand à elle, est une des plus belles de Sicile (ex aequo avec celle de San Vito lo Capo) ! Avec son sable fin et la douceur de ses eaux turquoises, elle n’a rien à envier aux plages des Caraïbes (c’est la madame de l’office du tourisme qui le dit, moi j’ai pas encore eu la chance de tester les caraïbes…) ! Longue de presque 2km, elle reste assez fréquentée, même en basse saison.

Pour finir, je vous conseille la location de voiture ou de scooter si vous voulez profiter pleinement de tout ce que vous offre cette région sur un court séjour. Sinon, armez vous de patience et gardez l’application Rome2Rio sous la main, elle n’est pas 100% à jour mais elle nous a sauvé la mise plus d’une fois.

Budget moyen :

  • 30e le vol aller/retour avec Ryanair au départ de Beauvais
  • 60e la nuit en studio avec vue sur mer
  • 7e la bouteille de Malvasia
  • 2e la brioche fourrée à la glace italienne
  • 11e l’aller/retour Palerme-Cefalu en train

Sicile la famille !

Hello les noix de coco !

Profitons de cette fin de journée nuageuse pour rêver à nos prochaines vacances… Ou se souvenir des dernières dans mon cas, qui remontent déjà à mi-septembre. 4 jours de farniente, de soleil, de pizza et de cocktails en Sicile, à Trapani plus exactement, un petit coin de paradis à moins de 3 heures de vol de Paris, et à la portée de toutes les bourses.

Ce qui est cool avec la petite ville de Trapani, c’est que, à part les touristes parisiens débarquant sur l’île avec Ryanair, il n’y a pas grand monde… La région est donc encore préservée du tourisme de masse, et ça se ressent à beaucoup de niveaux ! Ici vous pouvez diner à deux pour 10 euros, boisson comprise, ou petit déjeuner comme un roi pour moins de 3 euros.

Pour barboter afin d’éliminer toute cette nourriture ingurgitée, 3 choix de plages s’offrent à vous à Trapani même :

  • le petit port du centre ville, assez propre, très peu fréquenté,
  • la Lido Paradiso, assez propre également mais qui ne fait pas autant rêver qu’une plage de « carte postale », à 10 minutes à pieds du centre historique
  • la plage de San Giuliano, immense étendue de sable fin et d’eau turquoise, également peu fréquentée, accessible en bus pour 1,5e en 15 minutes ou à pieds en 40 minutes à partir du centre ville

Si vous voulez voir une plage qui fait VRAIMENT rêver, il vous faudra aller jusqu’à San Vito Lo Capo, à environ 1h de bus de Trapani (9e aller/retour par personne). A éviter cependant si vous recherchez le calme et la tranquillité, étant très réputée, cette plage est assaillie par les parasols et les transats.

En plus d’un tour des plages, notre programme prévoyait une visite de la petite ville médiévale d’Erice, idée que nous avons finalement abandonné puisque le téléphérique était fermé pour cause de vent… (sinon, comptez environ 9e l’aller/retour)

Après ces visites, vous pourrez vous détendre et vous ravitailler sur une terrasse en centre ville jusque tard dans la nuit, les restaurants servant jusqu’à presque 1h du matin.

Pour résumer, je conseille cette destination pour des petites vacances, 4 jours suffisent amplement pour la petite ville de Trapani. Idéale hors saison, surtout en septembre, la mer ayant chauffé tout l’été et la plupart des plages étant désertées par les touristes ❤

Budget moyen :

  • 70e le vol aller/retour avec RyanAir
  • 60e la nuit en studio sur front de mer, selon période
  • 30 cts la viennoiserie
  • 5e le mojito
  • 4e la navette aéroport Birgi -> Trapani

IMG_3396IMG_3349IMG_3332IMG_3328IMG_3270IMG_3272IMG_3210IMG_3244IMG_3276IMG_3157 IMG_3145 IMG_3128 IMG_3126

IMG_3032 IMG_3056IMG_3305_FotorIMG_3390_Fotor_Collage_FotorIMG_3074