Week-end à Milan / Jour 2

Après être tombée du lit à 7h et avoir dévalisé le petit déj de l’auberge, en route pour le duomo, dans l’espoir de pouvoir accéder au toit sans faire la queue pendant 3 heures. Et quelle bonne idée… En 20 Minutes, j’avais acheté mon billet, fait trois fois le tour de mon slip et je posais mes fesses sur les hauteurs de la cathédrale. Une légende raconte que je serai montée en ascenseur, mais je nierai même sous la torture.

Alors, bien évidemment, j’y suis allée de ma petite larme. Tout était d’un blanc immaculé, il y avait du soleil, le ciel était bleu… C’était BEAU ! Bref, j’ai beau être un monstre sans coeur, il m’arrive parfois de me prendre des grosses claques dans la face (mais ça reste entre nous, hein ?).

Une fois remise de ces émotions, c’est reparti pour le château fortifié et son parc, la tentative de la veille ayant été avortée à cause d’une averse. On y croise des sportifs, des amoureux, et même des tortues !

Puis direction le cimetière, en passant par Chinatown. A chaque nouvelle ville découverte, je suis fascinée par les cimetières, allez savoir pourquoi… pourtant, les messes noires et autres sabbats, c’est pas trop mon truc. Mais certains cimetières sont si magnifiques, tellement reposants (sans dec), et si différents d’un pays à un autre. Celui de Milan est dans mon top 3. J’y planterais ma dernière demeure si j’étais pas en pleine négo pour une concession avec vue sur l’océan au cimetière de Saint-Paul.

Cette 2è et dernière journée se termine avec presque 12 kilomètres au compteur des baskets. Même si Milan n’est pas ma ville préférée, elle n’en reste pas moins idéale pour une escapade express entre copines ou en amoureux pour un tout petit budget.

Alors, on se laisse tenter ?

Vol aller/retour : 60 euros au départ de beauvais

2 nuits à l’Ostello Bello Grande en demie-pension : 70 euros

Ticket de métro : 1,50 euros

Accès au toit du dôme par ascenseur : 13 euros

Week-end à Milan / Jour 1

Pour ce nouveau voyage en solo, tout pile un an après Florence et Pise, j’ai posé mon sac à dos pour 48 heures en Lombardie, à Milan plus exactement.


Milan ne fait pas partie de mes villes italiennes préférées, elle est très moderne et industrielle, trop froide à mon goût. Elle reste cependant impressionnante par son parfait équilibre entre vieilles briques et architecture contemporaine, comme on peut l’admirer des hauteurs du Duomo.
Jour 1 :
En débarquant à la gare centrale vers midi, et après un premier passage express du coté de la Piazza del Duomo, je décide de quitter la foule de touristes et de pigeons en furie pour gouter à la spécialité locale, le Risotto alla Milanese. Pour ça, direction Brera, quartier historique aux vieilles façades colorées comme je les aime, presque 100% piétons, situé derrière la Scala. Idéal pour un déjeuner ensoleillé ou un apéro en terrasse.

img_2612

Pour digérer, je me dirige vers le quartier de Navigli. On y trouve un canal à l’eau limpide, bordé de friperies vintage, restaurants, et autres bars à tapas. La plupart des établissements proposent des buffets apéritifs à volonté pendant l’happy hour, pour un tarif moyen de 10 euros.

Après ces 10 km à pieds, il est temps de rentrer à l’auberge. L’Ostello Bello Grande est un établissement sur 6 étages, en demie-pension sous forme de buffet, avec bibliothèque, salle de jeux, équipe au top, terrasse sur les toits, … Bref, une auberge de luxe, en fait, mais pour un prix tout doux.

 

On se retrouve dans quelques jours pour la suite et fin du voyage… Restez connectés 😉

 

Vol aller/retour au départ de Beauvais: 60 euros 

2 nuits à l’Ostello Bello Grande en demie-pension : 70 euros

Navette Bergame-Milan : 5 euros

Spritz : 4 euros

2017, au naturel

Hello les abricots !

2017 et son lot de bonnes résolutions sont arrivés. Sur ma liste, entre « Arrêter de manger des miel pops en guise de diner » et « Apprendre le prénom de mes collègues plutôt que leur donner des numéros« , on trouve « Faire un peu de bien pour la planète« , en réduisant ma consommation de produits de beauté « industriels », par exemple. Je ne vous apprends rien en vous disant que ceux ci sont nocifs par leur composition pour vous, pour la planète, et pour nos amis les animaux. Ma salle de bain ressemble donc maintenant à une cuisine, on y slalome entre vinaigre de cidre, huile de coco et autres bières. Comme Rome ne s’est pas faite en un jour, je ne suis pas encore passée au 100% naturel, en effet j’utilise encore de l’après shampoing acheté en grande surface (mais plus de shampoing).

toner-906142_960_720

Revenons donc aux produits qui peuplent ma salle de bain, où j’ai parfois l’impression de jouer à l’apprenti sorcière, ainsi que leurs vertus sur les cheveux :

  • Vinaigre de cidre / Vinaigre blanc : assainit et rééquilibre le cuir chevelu, réduit les pellicules, donne vitalité, brillance et éclat
  • Miel : hydrate, éclairci
  • Bière : booste le volume, lutte contre la chute
  • Citron : éclaircit
  • Huile de coco : hydrate, nourrit
  • Huile de ricin : lutte contre la chute, donne du volume, favorise la pousse (mais difficile à appliquer)
  • Huile d’amande douce : hydrate, adoucit, lutte contre les fourches
  • Huile d’olive : rend les cheveux doux et brillants

Tout ces produits peuvent être utilisés de diverses manières, seuls ou combinés les uns aux autres, selon le temps et les moyens de chacun.

J’utilise par exemple les vinaigres ou la bière au moment du rinçage, mais pas à chaque lavage car dans mon cas le vinaigre à tendance à assécher mes cheveux, à moins d’avoir un peu de temps devant moi pour le coupler avec un masque miel, huile d’amande douce et citron. Qui me permet par la même occas’ d’entretenir et d’éclaircir régulièrement mon blond sans passer par la case coiffeur.

Ici, je vous parle surtout d’astuces pour avoir une chevelure de sirène, mais la plupart de ces produits peuvent également être utilisés pour la peau (et la cuisine, évidemment ;)). Dans le cas d’un masque cheveux miel, yaourt et huile d’amande douce, je récupère l’excédent pour m’en faire un masque hydratant des mains ou du visage. Idem pour l’huile de coco, que j’utilise quotidiennement en guise de démaquillant, dans mon bain et en huile de rasage, et l’huile de ricin que j’applique sous les yeux avant d’aller dormir pour lutter contre les vilaines cernes.

Comme vous pouvez le constater, les possibilités sont infinies, il suffit de faire preuve d’un peu d’imagination, et d’écouter son corps, surtout. Ces produits ne conviendront pas forcément à tout un chacun, mais leur faible cout et leurs utilisations multiples vous permettront d’expérimenter sans regrets.

365 jours dans la vie d’une Pipelette

On y est les gars, 1 er novembre, ça fait maintenant un an que vous avez fait la connaissance de notre gang de Pipelettes.

 365 jours de FOLIE !

12191013_879863772127882_5846353377870493347_n-2

Durant cette année, on a (entre autre) dansé jusqu’au petit jour à l’Imaginarium Festival,  golfé et brunché au château de Raray (qui nous a reçu comme des princesses), on a papoté avec Bérengère et Marilou comme si c’était de vieilles copines, on a eu 5 ans à nouveau devant le show magnifique des Masters de Feu, on a rendu fou nos profs de cuisine… Mais surtout, SURTOUT, on vous a rencontré et on espère vous avoir fait vibrer autant que nous lors de nos évènements ❤

On a la chance de vivre des moments magiques entre copines, des coups de cœur, des rencontres qui rendent nos vies bien plus fun, d’échanger avec des partenaires en or qui sont pour la plupart devenus des amis … On « travaille » parfois dans des conditions pas faciles faciles  (à coup d’apéros et de resto), mais avec le cœur tout entier.

Aujourd’hui, en partie grâce à cette aventure de folie, je sais que je suis au bon endroit avec les bonnes personnes, et je sais surtout le privilège de ressentir ce sentiment à mon « jeune » âge. Le temps passe à une vitesse folle et j’aimerais pouvoir l’arrêter parfois pour me souvenir toujours des sourires et des éclats de rire de mes bibiches. Punaise ce que la vie est belle quand on a 7 pipelettes pour copines, et l’aventure ne fait que commencer … ❤️

12376302_10208963732275547_4308265554606289197_n

Un week-end à Florence

Il est temps que je vous parle de mon voyage le plus intime à ce jour, que j’ai longtemps gardé (presque) secret.

Il y a quelques mois, suite à divers évènements sur lesquels je ne m’étendrais pas, j’ai eu la sensation de perdre un peu le contrôle de ma vie. En guise de thérapie, j’ai décidé du jour au lendemain (littéralement) de prendre un billet d’avion pour un week end en Italie, seule. Ce qui m’a menée à Florence.

J’ai passé 2 jours à explorer la ville de long en large. En soi, je n’ai pas fait grand chose, je n’ai pas « visité » de monument ou de musée. J’ai juste marché, mangé des tomates mozza en terrasse avec un verre de Chianti, flâné au Mercato Centrale, dégusté une gellato avec une vue magique sur toute la ville depuis la place Michelangelo, admiré le Ponte Vecchio sous tous les angles, versé ma petite larme en arrivant sur la piazza del Duomo… Bref, j’ai lâché prise, j’ai pris mon temps.

Pour le dernier jour, je me suis rendue à Pise, ville dans laquelle je pensais à la base passé le week end, jusqu’à ce que je me rende compte en fouinant un peu sur le net qu’il n’y avait pas grand chose de ce coté la, à part LA Tour ! Ici non plus je n’ai rien fait, je suis simplement restée ébahie devant ce monument si mythique et la cathédrale si impressionnante (toujours avec un verre de vin italien à la main, évidemment).

A mon retour en France, je n’étais pas beaucoup plus avancée sur l’état de ma vie, mais maintenant je n’ai plus peur de faire les choses pour moi.

Et vous ?

(Rendez-vous à Rome pour un prochain épisode … 😉 )